Le matériel pour extraire son miel

Avoir le bon matériel pour extraire son miel est une nécessité.

Il faut choisir un matériel adapté pour travailler de façon optimale.

Le miel étant une denrée alimentaire, il est nécessaire d’effectuer son extraction et sa mise en pot dans les meilleures conditions d’hygiène.

Bien entendu, la sélection du matériel est aussi à adapter en fonction de sa production de miel.

Plusieurs options sont données dans l’article.

L’article se décompose en deux parties, toutes deux complémentaires :
L’extraction, suivie de la mise en pot.

Quel matériel pour extraire son miel ?

Cette liste de matériel est adaptée à une activité apicole amateur ou semi-professionnelle.

👉 Extracteur motorisé

L’extracteur est une des pièces les plus importantes.

Il en existe plusieurs types et de différentes marques.

Même avec un faible nombre de ruches (moins de 5), il est conseillé de s’équiper d’un extracteur motorisé. Avec un extracteur manuel, l’extraction peut vite devenir contraignante.

Certes, l’extracteur motorisé est plus cher mais il présente de nombreux avantages.

Le miel est bien mieux extrait. L’extraction est plus rapide et moins fatigante.

Vous pouvez motoriser votre extracteur à moindre coût par l’intermédiaire du tutoriel du blog.

Lors du choix de l’extracteur, deux options sont possibles : un extracteur radiaire ou un extracteur tangentiel.

Le radiaire va extraire directement le miel des deux côtés du cadre. Avec un tangentiel, il faut retourner les cadres sur l’autre face pour effectuer la deuxième partie de l’extraction.

Pour extraire du miel compact, comme le miel de colza, l’extracteur tangentiel est à privilégier.

👉 Bac à désoperculer

Le bac à désoperculer est indispensable.

Avant de mettre les cadres de hausse dans l’extracteur, il est nécessaire d’enlever la fine pellicule de cire qui recouvre les alvéoles.

Lors de cette étape, de belles quantités de cire et de miel vont tomber.

Il est donc nécessaire d’avoir un bac.

Avec moins de 10 ruches, un bac en plastique, avec un robinet, peut être suffisant.

Autrement, il est conseillé de passer sur un bac en inox avec un plus grand volume de stockage.

👉 Couteau courbe à lame inox + Herse inox

Pour désoperculer les cadres de hausse, deux outils sont nécessaires.

Un couteau courbe à lame inox pour enlever la fine couche de cire.

Parfois, certaines parties du cadre sont plus difficiles à désoperculer avec un couteau.

La herse en inox pourra plus facilement faire le travail.

👉 Réfractomètre

Pour commercialiser du miel, le taux d’humidité de ce dernier doit être inférieur à 20 %.

Il est donc conseillé d’utiliser un réfractomètre lors de la récolte au rucher et avant de débuter l’extraction.

Sachant que les conditions de stockage influent sur le taux d’humidité, il est aussi nécessaire de le vérifier juste avant la mise en pot.

Le réfractomètre est simple d’utilisation et peu coûteux.


Pour d’avantage d’information, accéder à l’article du blog sur les réfractomètres.

👉 Hausses vides ou boîtes vides

Lorsque les cadres de hausse ont fini de tourner dans l’extracteur, il faut les stocker.

En fonction de la saison et de votre méthode, plusieurs options sont possibles.

Ils peuvent être remis dans les hausses puis redonnés aux abeilles.

Si vous n’avez plus assez de hausses, les cadres peuvent être stockés temporairement dans des boîtes.

Matériel pour le conditionnement

Une fois l’extraction réalisée, place à la mise en pot.

Cette étape demande également d’être bien équipé.

👉 Seau bec verseur

Pour récupérer le miel stocké dans l’extracteur, un seau avec un bec verseur est pratique.

Cela permettra de transvaser facilement le miel dans le maturateur.

Ce seau est à mettre sous le robinet de l’extracteur.

👉 Maturateur

Si vous commercialisez du miel, le maturateur est un élément essentiel de votre miellerie.

Le maturateur permet de décanter le miel.
Le miel sera alors limpide et sans impuretés.

En fonction du maturateur choisit, les petites impuretés qui sont majoritairement de la cire, sont récupérées soit par l’intermédiaire d’un tamis/passoire, ou remontées à la surface naturellement (en l’absence de passoire).

Pour des récoltes inférieures à 30 kgs, un maturateur en matière plastique convient. Par contre, il faudra s’équiper d’une passoire ou d’un tamis (voir ci-dessous).

Dès que les 50 kgs sont atteints, il est conseillé de passer sur un maturateur en inox.

Il existe un large choix de maturateurs, allant de 50 kgs jusqu’à 400 kgs de volume de stockage.

maturateur à miel
Pour choisir votre maturateur, accéder à l’article sur les comparatifs des maturateurs. 

Un maturateur en inox est particulièrement recommandé, et adapté, pour les denrées alimentaires.

👉 Passoire et tamis

Les maturateurs ne sont pas tous équipés de la même façon.

En l’absence de passoire et de tamis, il faut penser à en acheter.

Dans un premier temps, la passoire est utilisée à la sortie de l’extracteur, lorsque le miel est versé dans le seau bec verseur.

Puis un tamis peut être disposé dans le maturateur pour une deuxième étape de filtrage.

👉 Spatule

Pour transvaser son miel entre l’extracteur et le maturateur, une spatule est très utile.

Elle permet de racler facilement le seau rempli de miel, ainsi que le fond de l’extracteur et du maturateur.

👉 Pots en plastique ou en verre

Après plusieurs jours de décantation dans le maturateur, la mise en pot du miel peut commencer.

Deux types de conditionnement sont envisageables : des pots en plastiques ou des pots en verre.

Ils présentent tous deux des avantages et des inconvénients.

Pour une meilleure valorisation du miel, il est conseillé d’utiliser des pots en verre.

C’est également plus écologique et vous pourrez y apposer votre propre étiquette.

L’entreprise Boboco propose des pots en verre, de fabrication française.

👉 Etiquettes

Lors de la commercialisation de son miel, il est obligatoire d’y apposer une étiquette.

La réglementation impose d’y faire figurer un certain nombre d’éléments.

Vous pouvez retrouver un article complet sur la réglementation de l’étiquetage de miel sur le blog.

Afin de valoriser son miel, il est conseillé de développer sa propre identité visuelle.

Vous pourrez plus facilement vous différencier et vous aurez un miel à votre image.

Les consommateurs achètent en grande partie avec les yeux.

L’étiquette joue un rôle prépondérant dans l’acte d’achat.

Du matériel adapté et de qualité

La liste de matériel pour extraire son miel peut sembler importante.

En revanche, une fois que le matériel est acheté, il se garde et s’utilise pendant de nombreuses années. D’où l’importance de choisir du matériel de qualité dès le début.

Le matériel de qualité amène également à de meilleures manipulations.

Les erreurs sont alors évitées.

L’extraction et la mise en pot sont optimisées, que ce soit en terme de quantité de miel récoltée, en temps passé et en qualité de miel.

Partez sur de bonnes bases. Prenez du matériel adapté et de qualité.

Share This