Les ruches connectées BeeGuard au service des apiculteurs.

Avec l’intérêt porté sur les ruches connectées, la Plateforme du Miel a souhaité en savoir plus sur une entreprise française, spécialisée dans ce domaine.

Partons à la rencontre de l’entreprise et de son fondateur.

ruches connectées beeguard

Une entreprise française innovante

Depuis maintenant plusieurs années, de nombreuses entreprises se sont lancées dans le développement des ruches connectées. Une entreprise française tire son épingle du jeu.

Elle est basée à Toulouse et a été créée par Christian Lubat en 2016.

Il s’agit de BeeGuard.

BeeGuard est une entreprise française innovante qui propose un ensemble de dispositifs pour suivre ses ruches à distance.

L’entreprise dispose de sa propre équipe R&D. Cela lui permet de développer tous ses dispositifs en interne. Avec son équipe de 6 personnes, Beeguard a conquis un grand nombre d’apiculteurs français mais aussi étrangers.

ruches connectées beeguard

PDM : Bonjour Christian. C’est un plaisir de vous avoir parmi nous. Pour débuter, pourriez-vous nous en dire un petit peu plus sur la vision de BeeGuard ?

C.Lubat : La situation de l’abeille dans notre environnement est devenue critique : 30 à 35% de mortalité en France, en Italie, en Espagne. Ce n’est pas un petit sujet. Rappelons-nous que 75% des fruits, légumes, graines oléagineuses que nous produisons nécessitent une pollinisation par les insectes.

Et les apiculteurs dans tout ca ?

Ils se retrouvent obligés d’avoir un suivi plus fin.  Cela veut dire multiplier les déplacements alors même qu’ils doivent déjà multiplier les actes d’élevage pour compenser la mortalité. Ce n’est pas tenable. Ils ont besoin d’outils qui leur permettent de gagner du temps et de retrouver une synchronisation la plus étroite possible avec les besoins et les phases de vie de leurs abeilles.

C’est pour cela que l’on a créé BeeGuard. Un outil utilisant les avantages du numérique pour aider les apiculteurs.

Que fait BeeGuard ?

Dans le total respect du cycle des abeilles, l’entreprise conçoit des capteurs sans fils, permettant de récupérer de multiples données sur l’activité des ruches.

Les capteurs sont des précieux outils d’aide à la décision pour les apiculteurs. Ils transmettant des éléments clés sur l’activité des colonies et sur l’environnement dans lequel les abeilles évoluent.

Beeguard apporte une aide utile et bénéfique aux apiculteurs.

C.Lubat : C’est le premier outil d’aide à la décision spécialisé pour les apiculteurs.
Plusieurs capteurs ont été conçus car il fallait mesurer des choses aussi différentes que le cycle de ponte de la reine (température interne), le rendement de butinage et l’état des stocks (la variation de poids). Nous avons développé des capteurs sans fils, car on ne peut pas exploiter un rucher avec des fils au sol, en l’air, ou qui traversent les ruches…

Les capteurs sécurisent également les ruches contre le vol grâce au GPS. Toutes ces données sont transmises et intégrées dans l’application de gestion de rucher avec les enregistrements d’évaluation d’action sanitaire de l’apiculteur. Ces données sont alors accessibles n’importe quand et de n’importe où. Cela permet à l’apiculteur de faire ses choix d’intervention dynamiquement en fonction des urgences et des besoins. 

BeeGuard et ses ruches connectées : que propose l’entreprise exactement ?

Spécialement conçus pour l’apiculture, les capteurs BeeGuard permettent de fournir à l’apiculteur des informations essentielles sur l’activité d’une colonie, sans se déplacer. C’est ce qu’on appelle la ruche connectée.

BeeGuard propose différents types de capteurs. Chaque capteur a une utilité bien spécifique.

Afin de proposer une analyse très complète de l’activité de ses ruches, BeeGuard regroupe plusieurs capteurs sous une même offre.

Découvrons ensemble les deux offres BeeGuard :

La première offre est destinée aux apiculteurs.

Elle se constitue de 4 modules, qui peuvent s’utiliser indépendamment :

un système antivol GPS : il se dissimule dans la ruche, il y a un capteur de mouvement intégré, alerte sms, géolocalisation, mesure de température et d’hygrométrie pour suivre la ponte de la reine.

anti vol ruches connectées

un capteur de poids : il pèse la ruche toutes les heures, détecte la miellée, le besoin en nourrissement, la dynamique des colonies. Ce capteur peut être perçu comme une balance connectée. 

une station météo connectée : elle permet de connaître la pluviométrie, la température, le vent, l’hygrométrie et la pression atmosphérique de l’air pour évaluer le contexte dans lequel vivent les colonies. C’est fondamental pour comprendre la dynamique de butinage et des miellées.

station meteo ruches connectées

une application de gestion de ruchers : tracer toutes les activités apicoles (visites, évaluations, opérations sanitaires, nourissement, poses et récolte des hausses, etc…) avec la possibilité de les comparer d’années en années.

Sur un rucher, il est conseillé d’installer plusieurs capteurs de poids pour avoir des contre-mesures sur deux ruches différentes. Il peut arriver qu’un capteur soit positionné sur une ruche faible ou trop forte, non représentative des autres ruches.

L’offre Apiculteur est modulable puisqu’il est possible d’ajouter un ou des modules au fil du temps.

BeeGuard propose également une deuxième offre, appelée Biosurveillance.

PDM : Pouvez-vous nous en dire plus sur Biosurveillance et les capteurs utilisés ? Y a t-il un capteur de poids également ?

C.Lubat : Aujourd’hui la biodiversité est un enjeu majeur pour la transition environnementale.
La biosurveillance, c’est utiliser l’abeille pour caractériser la qualité de notre environnement. C’est plébisciter cette notion de sentinelle de l’environnement qu’est l’abeille, pour en faire pas seulement un marqueur en terme d’images mais un véritable capteur.

Quand on y réfléchit, les abeilles parcourent en moyenne 3 kms de leur environnement pour collecter des échantillons de pollen, d’eau, de nectar. Ceci tous les jours. En analysant leur activité, on a donc une photo de cet environnement.

Collecter, analyser et transmettre aux humains ce que les abeilles savent déjà de notre environnement, c’est ce que l’on appelle la biosurveillance.

Les capteurs sont les mêmes que pour les apiculteurs. D’ailleurs, ils vont servir à l’exploitation puisqu’une ruche est soit dédiée à la biosurveillance ou à la production de miel. Il faudra toujours un apiculteur pour s’en occuper.

Ce qui est différent, c’est le traitement des données qui est réalisé.

En biosurveillance, on va chercher :
– à caractériser le bol alimentaire des pollinisateurs sur toute une année pour cibler les périodes de disette, rapprocher les périodes d’excédents ou d’équilibre des couverts végétaux que l’on aura implantés.
détecter des dépopulations (non retour à la ruche d’une partie des butineuses)
des changements de tendance brutale, signe d’un problème de santé

Le client final de ce type d’offre est un agriculteur engagé en agroécologie, agroforesterie, ou une entreprise qui cherche à recréer un équilibre de biodiversité sur un terrain qu’elle gère. Il y a également les pouvoirs publics qui souhaitent montrer par la pédagogie, des méthodes que chaque citoyen pourrait appliquer chez lui.

PDM : Quelle est la différence entre ces deux offres ?

C.Lubat : Elle ne s’adresse pas au même utilisateur final, même s’il y a toujours un apiculteur dans cette chaîne de valeur.

PDM : Pour un apiculteur loisir qui débute, qu’est-ce qui pourrait être intéressant ?

C.Lubat : En fait, que l’on soit apiculteur de loisir ou professionnel, la recherche de la synchronisation entre l’apiculteur et ses abeilles est la même. Plus on sera proche, plus vite on apportera l’aide dont les abeilles ont besoin.

Donc l’offre apiculteur est tout à fait adaptée à un apiculteur de loisir.

Simplement, le retour sur investissement ne se calcule pas pareil. Une activité de loisir est un plaisir, rarement rémunératrice.

Le fait est qu’analyser des données permet un retour d’expérience plus fort et permet donc de progresser plus rapidement, de comprendre ce que l’on n’a pas fait de façon optimale.

Lorsque l’on travaille toute la semaine, avoir la possibilité de suivre l’activité de ses abeilles à distance est pratique. Cela permet également de mieux organiser son weekend et ses visites.

L’antivol peut être complétement inutile pour des ruches installées chez soi et au contraire rassurant quand on a installé ses ruches dans un espace ouvert. Un de nos clients, qui a pu retrouver ses 5 ruches volés en février grâce à BeeGuard pourrait en témoigner. Il aurait pu repartir de zéro cette année, à cause de la bêtise et la cupidité d’un individu.

Donc l’outil est utile, reste à savoir si on accepte d’investir le prix correspondant. C’est pour aider les apiculteurs à lisser leur investissement que nous avons une offre en location tout inclus. Elle implique une mensualité pendant 3 ans. Elle permet d’utiliser le matériel que l’on a choisi et l’application de gestion de rucher. La maintenance est incluse, même le changement des piles.

Trois exemples pratiques d’offre

Un antivol de ruche par GPS, qui mesure la température de couvain et l’application de gestion de rucher, c’est 9,5€HT/mois: le prix d’un paquet de cigarette !

Un autre: un pack antivol + balance + application de gestion de toutes mes ruches, c’est 21,5€HT / mois, le prix de mon abonnement de téléphonie mobile.

Encore moins cher, si l’on veut déjà commencer uniquement avec l’application de gestion de rucher pour gérer son registre d’élevage. Si l’on veut arrêter de remplir pour rien et souvent pas très bien un cahier papier, on peut souscrire à l’application seule, le coût c’est 36€HT à l’année… 3€/mois, sans limite de nombre de ruche.

La ruche connectée est devenue accessible à tous les apiculteurs.

application gestion de ruches

PDM : Pour un apiculteur professionnel ? Non transhumant et transhumant ?

C.Lubat :  Si on est apiculteur professionnel, sans des outils comme BeeGuard, on a qu’un seul moyen d’évaluer ses ruches: le contrôle visuel pendant les visites. Ce sont des visites régulières, des kilomètres et du temps demandé. Ce temps là, c’est celui qui fait défaut à tous les apiculteurs.

En utilisant l’aide de la ruche connectée BeeGuard, tous les jours on a la vision de l’activité mesurée. Une activité mesurée toutes les heures, avec 360 fois plus de précision !

Les balances de ruche sont rapidement amorties par le levier économique. Il y a généralement 15% des déplacements de contrôle inutiles parce qu’il ne se passe rien. Il y a donc un gain potentiel de production. L’apiculteur va être parfaitement synchronisé avec les débuts et fins de miellés, avec les besoins en nourissement qui peuvent affaiblir des colonies ou pire.

Que dire de l’antivol de ruche, qui permet d’éviter la perte d’exploitation à la suite d’un vol de ruche. Cette perte est bien plus cher que le seul essaim. C’est 600€ par ruche volée que perd un apiculteur !

Ce mois de mars, un client Italien a pu récupérer 35 ruches fraîchement volées grâce à BeeGuard. Son investissement a été largement compensé.

De manière générale, si les conditions sont au rendez vous, le retour sur investissement est de l’ordre de l’année. Il faut aussi signaler que le matériel BeeGuard est éligible à des aides agricoles comme FranceAgrimer. C’est potentiellement 40% de l’investissement qui est subventionné.

En tant qu’apiculteur, quels sont les avantages d’utiliser des ruches connectées ?

En premier, il faut rappeler que le terme ruche connectée ne signifie pas de changer de ruche ou même de la modifier. Il y a simplement des capteurs à installer sur ses ruches existantes. Ainsi, les ruches sont augmentées d’une nouvelle fonction de mesures connectées.

Ces capteurs fournissent des informations actualisées en temps réel. Elles sont stockées dans le cloud et elles sont accessibles via un ordinateur ou un téléphone portable.

Un point important et non négligeable pour les abeilles : les capteurs n’émettent aucun bruit ou lumière en fonctionnement. Le boîter interne est compatible avec le contact alimentaire. Aucune onde électromagnétique n’est émise pendant la journée sauf au moment de l’émission, c’est à dire 1 à 2 fois par jour seulement.

Comment est-ce possible ?
Les capteurs enregistrent les mesures toutes les heures mais ne les transmettent pas en continue.

ruches connectées beeguard

Nous avons vu qu’ils existent plusieurs types de capteurs BeeGuard.
Chaque capteur peut apporter de précieuses aides aux pratiques apicoles des apiculteurs : 

En connaissant le poids de la ruche, il est possible de détecter les essaimages, de nourrir sa colonie au bon moment, de poser une hausse à la bonne période.

– Lorsque les ruches sont placées à plusieurs kilomètres de chez soi, des économies de trajets sont réalisées. Vous savez à quel moment il devient nécessaire de se déplacer.

– Sécuriser ses ruches avec l’antivol GPS permet d’être plus serein et d’éviter les possibles pertes d’exploitation à cause de vol ou de vandalisme. Dès qu’il y a un mouvement sur une ruche, une alerte est envoyée par SMS. L’apiculteur accède quand il le souhaite à la localisation instantanée.

En complément de ses nombreux avantages, il y a deux autres points importants à noter. Les capteurs BeeGuard sont simples à installer et l’entreprise s’occupe du support client.

Facilité d’installation des ruches connectées BeeGuard

Les capteurs BeeGuard ont été conçus pour être facile à installer. Ils s’installent en quelques minutes sans réglages. Les capteurs ont une saison ou plus d’autonomie. De cette façon, les apiculteurs se concentrent sur les abeilles et non sur une recharge de batterie.

Les capteurs sont totalement sans fils pour éviter tout problème avec les rongeurs ou lors des manutentions pendant les transhumances. Libre à l’apiculteur de choisir les ruches à équiper puis de positionner son capteur dans la ruche, sous la ruche ou à proximité. Les capteurs peuvent être installés sur n’importe quel type de ruche : Dadant, Langstroth, Warre; en bois ou en plastique.

ruche connectée beeguard

© BeeGuard

PDM : Comment se déroule l’installation ?

C.Lubat : Une des contraintes prioritaires que l’on s’est fixée chez BeeGuard c’est la simplicité d’installation. Le temps des apiculteurs est une denrée rare.

L’installation des capteurs, c’est moins de 10 minutes, sans outils. C’est très facile du fait que les équipements sont vraiment 100% sans fils. Cela a été un vrai challenge pour l’équipe de R&D mais comment l’imaginer autrement ?

En tant qu’apiculteur, est-ce que vous accepteriez d’avoir des fils qui auraient courus entre les ruches ? Ou pire qui auraient traversés la ruche ou seraient passés par la planche d’envol ?

Et c’est une source de panne en moins, car un fil dans la nature, c’est sujet à dégradation par l’environnement, les rongeurs, les cervidés… la débroussailleuse…

BeeGuard propose des tutos d’installation que vous pouvez retrouver sur la chaîne Youtube de la société.

PDM : Et comment se gère la maintenance des ruches connectées ?

C.Lubat : Pour la maintenance, c’est la même approche, ancrée dans la réalité du terrain.

Quasiment tous les objets connectés sont aujourd’hui rechargeables en connectant un petit câble USB.

Imaginez-vous recharger pendant quelques heures un capteur positionné au pied de la ruche ou dans la ruche ? Ce n’est juste pas compatible.

Donc encore une fois, BeeGuard a recherché les solutions pour obtenir des capteurs dont l’autonomie couvre la saison entière. Et lorsque l’autonomie est épuisée, il suffit de remplacer les piles internes, encore une fois sans outils. En seulement 10 minutes l’apiculteur repart pour 1 an de mesure.

Support client

Basée en France, avec sa propre équipe R&D, l’entreprise accompagne les apiculteurs lors de l’installation des capteurs et même après.

PDM : Comment se déroule le support client chez BeeGuard ?

C.Lubat : L’équipe de BeeGuard offre un support gratuit à tous ses clients par téléphone ou même en mode partage d’écran si l’apiculteur a besoin d’une petite formation sur l’application gestion de rucher. Le support est assuré depuis nos locaux à Labège, en Français (ou en 4 langues pour les clients internationaux), sans numéro surtaxé, sans facturation optionnelle.

Des ruches connectées pratiques et adaptées

Avec les capteurs BeeGuard, les apiculteurs peuvent récupérer de précieuses informations sur leurs colonies. Grâce à ces données, accessibles à tout moment, l’apiculteur repère les éventuels problèmes, optimise les récoltes au travers de la pose des hausses, suit les réserves. Un des points importants, l’apiculteur gagne en retour d’expérience en pouvant analyser à posteriori tout ce qui s’est passé.

Les capteurs permettent également d’optimiser ses déplacements, de limiter de potentiels pertes d’exploitation (vol, vandalisme) et surtout, de limiter les pertes de colonies d’abeille.

En utilisant les capteurs BeeGuard, l’apiculteur peut agir rapidement sur ses ruches et effectuer les manipulations nécessaires au bon moment.

Les capteurs ne remplaceront en rien l’expérience et le savoir-faire apicole. Par contre, ils peuvent être un précieux outil pour accompagner les apiculteurs de loisirs, comme les apiculteurs professionnels.

Christian Lubat disait dans une interview «je souhaite apporter une source d’information supplémentaire aux apiculteurs, pour que ces derniers soient encore plus synchronisés avec la vie de leurs abeilles»

L’entreprise française, qui développe tous ses capteurs via son propre bureau R&D, n’en oublie pas l’essentiel : proposer des outils respectueux du monde et du cycle des abeilles !

PDM : Quels sont les futurs projets chez BeeGuard ?

C.Lubat : Maintenant, que la solution BeeGuard est utilisée par de plus en plus d’apiculteurs (plus de 4000 ruches connectées), nous allons continuer à compléter la solution, en particulier en facilitant l’analyse des données.

C’est un travail titanesque car nous sommes pionniers dans ces domaines mais c’est aussi ce qui motive toute l’équipe.

Merci à Christian Lubat d’avoir répondu aux questions de la Plateforme du Miel !


Pour découvrir BeeGuard en vidéo : 

Pour accéder directement à leur site : BeeGuard 

BeeGuard est également présent sur FacebookTwitterYoutube

Share This